Downsizing

< retour

Cette approche vise à réduire la cylindrée des moteurs, et donc la quantité d’air maximale en phase d’aspiration. On ouvre ainsi plus fréquemment le papillon au maximum, en réduisant les pertes par pompage. Un petit moteur génère aussi moins de frictions, a fortiori lorsque le downsizing se conjugue à une réduction du nombre des cylindres. On retrouve le facteur de réduction de la cylindrée dans le déplacement de la zone de charge partielle, qui glisse vers de meilleurs rendements, proches de la charge maximale. Une suralimentation appropriée fournit une plus grande quantité d’air dans les cylindres afin de compenser la perte de puissance imputable à la réduction de cylindrée.